Préserver et valoriser le patrimoine, c’est :

  • Sauvegarder les marques du passé, que la vie a laissées au fil du temps dans le paysage et sur les bâtiments de notre village. Ces traces sont importantes car elles sont les témoignages visibles d’une société tout entière et de son évolution. Elles nous aideront à construire un village qui ait du sens.

Mais aussi :

  • Créer du lien entre aînés et plus jeunes, entre anciens Couzonnais et nouveaux arrivants,  entre vieux quartiers et nouvelles constructions.

Cependant, la restauration coûte cher, que le patrimoine soit bâti (maison, monuments…) ou non bâti (espaces naturels…). Elle implique naturellement de respecter des règles très strictes (Architectes des Bâtiments de France, par exemple).

Conscients de toutes ces contraintes, nous proposons de :

  • Favoriser l’émergence d’une association « patrimoine » et l’épauler dans ses actions.

  • Mettre en place une commission thématique avec les élus et les Couzonnais intéressés.

  • Travailler en synergie avec les associations, les communes voisines et les acteurs du territoire.

  • Monter les dossiers de financement des projets en faisant appel à des organismes, labels, plateformes, fondations, pour obtenir des aides financières indispensables.

  • Rassembler – numériser toutes les archives publiques et privées et notamment celles collectées lors du « pré-inventaire » de Couzon réalisé dans les années 1990. Il faut également recueillir les témoignages du passé qui se trouvent dans la mémoire des anciens Couzonnais, dans les archives familiales et dans le travail mené par d’autres avant nous. Il est essentiel de se donner les moyens de conserver ce savoir et de le valoriser.

Permettre aux Couzonnais de s’approprier le patrimoine du village pour créer des liens :

  • Organiser des « rendez-vous patrimoine » avec projections ou conférences, expliquant comment l’on vivait à Couzon autrefois, pour que chacun apprécie les richesses de notre village.

  • Organiser des rencontres intercommunales où les associations de patrimoine des communes proches viendront présenter leurs recherches sur un thème choisi, récurrent dans les Monts d’Or.

  • Organiser des actions conjointes avec l’école, avec les aînés détenteurs de l’histoire de Couzon, les différents acteurs du village, pour que petits et grands portent un regard différent sur les lieux où ils vivent et circulent chaque jour.

  • Rendre le patrimoine vivant en l’associant à des événements (travailler en partenariat avec le Diocèse pour organiser des concerts ou des expositions dans l’église…).

  • Créer des parcours thématiques (boucles piétonnes à l’accès sécurisé, balisées, éclairées, passant par des chemins communaux entretenus) redonnant une identité forte à chaque quartier et conduisant le promeneur jusqu’aux points phares du patrimoine de Couzon mis en valeur (Madone, Croix, Lavoir…). Chacun prendra alors plaisir à déambuler dans le village, dans des quartiers rendus plus vivants, où il pourra observer et comprendre le paysage.

  • Impulser des chantiers participatifs en fonction des besoins et des possibilités. Ex : remonter les murs de pierre sèche.

Marquer l’histoire de la pierre à Couzon :

1/ Mettre en valeur les maisons et quartiers anciens de Couzon.

  • Proposer un programme de ravalement des façades dans les secteurs anciens ;

  • Elaborer un cahier des prescriptions architecturales, pour une meilleure intégration des constructions dans notre village.

2/ Impulser et soutenir l’entretien et la restauration du petit patrimoine dont une grande partie est en état critique (par exemple les tunnels de carriers, cabornes, aqueduc…) auprès d’associations et de professionnels.

  • Valoriser des actions liées à l’histoire patrimoniale de la commune…

Quelques références historiques…*

  • « L ’aqueduc romain du Mont d’Or est considéré comme le premier en date des 4 aqueducs qui ont assuré l’approvisionnement en eau de Lugdunum (remarquable pour ses 80 m de dénivelé avec une pente régulière très faible sur une distance totale de 25 km). Sa longueur sur le territoire de Couzon est estimée à 2750 m environ. Sur ce parcours, 4 éléments (dont 2 points encore visibles actuellement) ont été repérés ».*
  • « Les carrières de Couzon ont été durant des siècles, l’un des facteurs économiques du village… En 1836, on dénombrait 26 carriers, 71 tailleurs de pierre et 2 marchands de pierre ».* De nos jours, 27 tunnels de carriers ont été repérés.
  • Les cabornes « abris dans les vignes ou modestes loges des champs construites au cours des siècles dans le haut de la commune » servaient pour les viticulteurs, les carriers, les bergers… 15 cabornes ont été répertoriées.*
  • Des tunnels assuraient la liaison entre les lieux d’exploitation et la Saône, construits à même le sol, au milieu de déchets de pierres de taille qui marquent fortement le relief de la commune.

3/ Engager un programme pluriannuel de restauration de l’église, avec des priorités suivant le diagnostic réalisé, en prenant appui sur la loi « Engagement et proximités » promulguée le 27 décembre 2019, pour « rénover le patrimoine local en péril dans les petites communes, ou en cas d’urgence pour les travaux liés au patrimoine, classé ou non ». Dans le cas de l’église, l’étude préalable de 2015 mentionne des travaux urgents de confortement (pilier chapelle romane-abside sud, colonnettes façade ouest…) qui pourraient en bénéficier.

Valoriser et préserver le Mont D’Or.

« Aux portes de la métropole lyonnaise, le Mont d’Or est un îlot de calcaire, de taille relativement restreinte (6500 hectares) en bordure de Saône»… avec des reliefs de moyenne montagne. Il possède une dizaine de sommets dont le plus élevé, le Mont Verdun, culmine à 625 mètres, suivi du Mont Thou à 609 mètres. Les communes qui composent ce territoire sont regroupées au sein du Syndicat Mixte des Monts D’or (plainesmontsdor.com) qui a pour objectif la préservation et la mise en valeur des espaces naturels et nous travaillerons en étroite collaboration avec le syndicat.*

Entretenir et valoriser les espaces naturels et agricoles des Monts d’Or.

  • Débroussailler les bois sur le haut de la colline afin notamment, de prévenir les risques d’incendies.

  • Soutenir l’installation de maraîchers ou d’agriculteurs bio, d’apiculteurs, de viticulteurs…

  • Réaliser un atlas de la biodiversité sur Couzon permettant de révéler la richesse de la faune et de la flore. La conjonction du relief, de l’exposition et du sous-sol calcaire affleurant (exploitation de la pierre) entraîne une végétation de type « méditerranéen » sans équivalent dans la région (plus de 700 variétés contre 400 en moyenne pour le département du Rhône).

  • Créer et stimuler la présence de la biodiversité sur notre territoire : installer des habitats (nichoirs, hôtel à insectes, refuge LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux)…, préserver les haies sur les terrains communaux et en bordure des chemins.

  • Favoriser la cohabitation des différents usages : marcheurs, vtt, chasse, cheval…

  • Etudier en partenariat avec le Syndicat Mixte des Monts d’Or, la possibilité de réimplanter de la vigne à Couzon.

Valoriser et préserver la Saône et les bords de Saône

  • Réaménager des lieux de promenades et de repos en bords de Saône.

  • Mettre en place des panneaux d’informations le long de ces promenades (histoire du barrage, crues…).

  • Intégrer la préservation de l’identité de la Saône dans le futur projet de la Loupe Albigny/Couzon au regard du risque d’aménagements touristiques très décalés de son milieu naturel.

  • Situer le quartier du Port dans cette identité.

* extraits du  » Pré-inventaire des monuments et richesses artistiques Couzon au Mont d’Or « , ouvrage collectif de 1998,

* extraits de  » Le Mont D’Or lyonnais, petit et grand patrimoine  » – Luc Bolevy, Editions du Poutan.