Au conseil municipal du 15 décembre dernier, un voeu pour “évaluer rigoureusement et de façon transpartisane l’instauration de la Métropole de Lyon, ses limites géographiques et son mode de gouvernance démocratique” a été soumis.

Les élus à l’initiative du voeu relèvent des “déséquilibres lourds sur le plan démocratique, territorial, social, environnemental”.

En effet, depuis 2020, seuls 22 maires sur 59 siègent à la métropole et ces derniers déplorent “la confiscation progressive des pouvoirs des maires et dilution des communes au sein d’une entité supra-communale (..) à contre courant de la volonté des citoyens”.

 

Avec nos différentes couleurs, nous vous présentons 2 regards différents et complémentaires, critiques pour analyser ce voeu.

Une version des élus qui se sont abstenus et qui, sans remettre en cause le principe de représentativité plus équitable des territoires depuis 2020, s’interrogent sur l’ancrage de ceux qui décident vraiment pour nos communes à la métropole (cliquez ici).

Une version critique des élus qui ont voté contre, montrant l’hypocrisie de cette pétition qui relève de la manœuvre politicienne : la commission sénatoriale est déjà votée et ceux qui la demandent contestent en réalité le résultat des élections et du pouvoir qu’ils ont perdus (cliquez ici).